Fertilisation durable

de la pomme de terre

La Belgique et la pomme de terre ont toujours formé un tandem gagnant. Nous cultivons sur nos terres quelque 100 000 hectares de cette plante aux innombrables débouchés culinaires. La chaîne alimentaire autour de la pomme de terre donne du travail à plusieurs milliers de personnes dans notre pays. Nous pouvons en être fiers.

Il faut néanmoins savoir que les pommes de terre sont naturellement « paresseuses » dans leur milieu de culture. La plante n’absorbe pas très efficacement les nutriments, car ses racines sont peu profondes. Une étude réalisée par l’Université de Gand à la demande de BELFertil attribue à la pomme de terre un score de 55 % en termes d’efficacité d’utilisation de l’azote (Nitrogen Use Efficiency ou NUE en anglais). En d’autres termes, la pomme de terre utilise à peine plus de la moitié des engrais qu’elle reçoit : une perte considérable.

Heureusement, en tant qu’agriculteur, vous pouvez améliorer cette efficacité afin d’obtenir des rendements plus élevés et de limiter les pertes d’engrais. En effet, une préparation et une fertilisation adéquates garantissent une utilisation durable et optimale des nutriments dans la culture de la pomme de terre.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Comment agir concrètement en tant qu'agriculteur?

Ce site vous guide.

Notre but consiste à promouvoir les bonnes pratiques en matière de fertilisation afin de réduire les pertes d’azote dans la culture de la pomme de terre. Nous entendons porter l’efficacité de l’utilisation de l’azote (NUE) à 70 % d’ici à 2030, contre en moyenne 55 % aujourd’hui. Il s’agit d’un objectif certes ambitieux, mais réalisable en prodiguant les bons conseils.

BELFertil, l’Association Belgo-Luxembourgeoise de l’industrie des engrais minéraux et biostimulants, et Belgapom, l’organisation professionnelle pour le négoce et la transformation belge de la pomme de terre, ont uni leurs efforts pour offrir aux cultivateurs sur un nouveau site web, un aperçu de toutes les informations sur la fertilisation durable des pommes de terre. L’information scientifique a été assurée par le professeur Geert Haesaert, Gewoon hoogleraar, Faculteit Bio-ingenieurswetenschappen, Universiteit Gent.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Vous voulez aller plus loin dans la fertilisation durable de votre exploitation ? N’hésitez pas à consulter le site web Begeleidingsdienst voor een Betere Bodem en WaterkwaliteitB3W aide les entreprises à introduire de bonnes pratiques et techniques dans leurs propres activités. Il accorde une attention particulière à l’eau, au sol et à l’air, tout en gardant à l’esprit le cycle complet des nutriments de l’entreprise. Le site web propose, entre autres, des fiches d’information par culture, un aperçu de tous les événements prévus sur la fertilisation durable et des outils de fertilisation de base utiles pour les agriculteurs.

Les autorités peuvent également s’y reporter pour prendre conscience des défis à venir et découvrir les différentes solutions. Ensemble, visons une meilleure utilisation des engrais minéraux, des pommes de terre de meilleure qualité, une réduction des coûts et une pression moindre sur l’environnement. Tout le monde en sortira gagnant !

La pomme de terre

La pomme de terre est une plante annuelle qui forme des tubercules sur les stolons souterrains (cormes). Par un phénomène de multiplication, les yeux des tubercules parents donnent naissance à de nouvelles tiges, qui forment à leur tour des racines. Toutefois, ces racines peu profondes forment un système radiculaire très superficiel situé à seulement 30-40 cm sous la surface du sol.

Lorsque le sol contient des nutriments, les pommes de terre les stockent dans leurs tubercules, et ceux-ci se développent de manière explosive.  Mais en raison de leurs racines peu profondes, les pommes de terre ne parviennent pas à absorber tous les nutriments assez rapidement. Conséquence : un risque accru de perte de nutriments (et d’azote en particulier).